Les Grands Voisins : de l’hôpital à l’utopie – Périples et pérégrinations

Balade, street-art

Parcours Street-art dans le site des Grands Voisins, à l’emplacement de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul.

 

Source : Les Grands Voisins : de l’hôpital à l’utopie – Périples et pérégrinations

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

On peut aussi aller voir la galerie photos.

La Cité U livrée au street-art – Périples et pérégrinations

street-art

La Cité U livrée au street-art : avant sa réhabilitation, la maison des Arts et Métiers de la Cité Universitaire de Paris a été transformée en galerie (exposition Rehab 2). Une centaine d’artistes ont été invités  à transformer l’intérieur du bâtiment en exposition de street-art très éphémère …

Source : La Cité U livrée au street-art – Périples et pérégrinations

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mona Lisa dans le 13ème

street-art

Une nouvelle femme est apparue le long de l’avenue d’Ivry : c’est Okuda qui a réalisé une fresque magistrale de 50 mètres de haut, figurant son interprétation de La Joconde.

La chose était annoncée depuis plusieurs jours dans les journaux et blogs, accompagnée d’un montage photo destiné à présenter ce que serait la nouvelle oeuvre.

Okuda, artiste de nationalité espagnole, 36 ans, qui s’est illustré en peignant sur des trains et dans les usines abandonnées de sa ville natale Santander, s’attaque cette fois-ci à Paris.

Mais la réalité a largement dépassé les prévisions, la preuve en images …

Merci à iZa pour les cinq premières photos.

 

 

Genèse d’une fresque.

Après un beau ravalement du pignon de l’immeuble Sienne, les premiers tracés et coups de pinceau

Mona Lisa apparaît

Le lendemain, la fresque se précise

On approche du but

Ça y est : la fresque est terminée, signature comprise


 

La fresque en détail

Léonard serait surpris ? Allez savoir. Le street art l’aurait sans doute inspiré

La fresque dans son environnement

Difficile de passer à côté de La Joconde du 13ème

 

Même de loin.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Ce qui est intéressant, c’est que ces projets de street art sont menés en concertation avec les habitants du quartier et des immeubles avoisinants qui ont ainsi l’occasion de s’exprimer et donc de s’approprier les oeuvres.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Street art à Paris : Entre Oberkampf et Belleville

Balade, street-art

Sur le site Wonder Brunette.

Débuter sa balade en sirotant un verre pour admirer le MUR (qui a été recouvert depuis) de STF Moscato, c’est toujours agréable. Ensuite direction Cité Griset où vous aurez le plaisir d’admirer notamment le travail de Vincent Bruno, je ne suis pas forcément fan des chats (pas taper) mais celui-ci ne m’a pas laissée indifférente. Surtout avec cette belle calligraphie (sur ce coup là, je suis fan).

Source Wonder Brunette : Street art à Paris : Entre Oberkampf et Belleville

Le Lavo//matik : un boulevard pour les arts urbains

street-art

Le long du boulevard du Général-Jean-Simon, un des tronçons des boulevards des Maréchaux, tout près de la Seine, parmi les immeubles qui poussent comme des champignons, une galerie consacrée aux arts urbains, le Lavomatik, s’est installée depuis quelques temps.

Le Lavo//matik sur le boulevard du Général-Jean-Simon, Paris 13

Leur page facebook fait les présentations :

Le Lavo//Matik est un espace situé dans le quartier Paris Rive Gauche, dans le 13° arrondissement, dans lequel vous retrouverez ou découvrirez des artistes et créateurs bourrés de talent, connus ou moins connus, voire inconnus, dont le point commun est cette passion des cultures urbaines : pochoir, graff… sous toutes leurs formes ou presque, objets originaux bizarres et variés, disques vinyles et même encore quelques CD, le tout pimenté à la sauce punky reggae party !

Au programme :

  • Expos en permanence
  • Librairie spécialisée
  • Disquerie petits labels et autoproduction
  • T-shirts
  • Objets
  • And other rockin’ stuff

En bref un lieu dédié à la promotion du DIY, de la création indépendante, un espace de rencontre et découverte entre artistes et public.

Le DIY, c’est le Do It Yourself, n’est-ce-pas ?

Nos pas nous mènent souvent dans cette direction, pour des balades à pied ou en vélo vers les rives de la Seine, le Bois de Vincennes, nous pouvons suivre les évolutions des graffs tout autour de la galerie. En effet, le « mur du lavo », tout proche de l’entrée, offre son espace aux artistes qui viennent régulièrement s’y exprimer. Entre joli foutoir et fresques programmées, beaucoup de très belles choses. Certaines ont disparu, c’est le lot des œuvres éphémères.

EnregistrerEnregistrer

Les femmes de l’avenue d’Ivry

Balade, street-art

C215 est un familier de Vitry-sur-Seine et du treizième arrondissement de Paris, normal donc que l’avenue d’Ivry conserve quelques traces de ses passages sans doute répétés. Voici quelques images de ses portraits de femmes célèbres (ou pas), mais il y a aussi une autre forme d’art : les tricots qui habillent certains troncs d’arbres, oeuvres, paraît-il, de mamies tricoteuses de l’arrondissement.

 

Un mur magique

Balade, photo, street-art

C’est ça qui est bien avec la ville, la possibilité de changer de monde à un coin de rue. Quand, en plus, on tombe dessus par hasard à deux pas de chez soi, ça devient magique.

Tiens ! magique, c’est bien le mot avec ces fresques murales représentant le Cheech Wizard  un magicien timide qui se dissimule dans son chapeau, personnage emblématique de Vaughn Bodé, auteur américain de comics disparu à 34 ans en 1975. Ces fresques ont été réalisées récemment à l’occasion de la première exposition parisienne de son fils, Mark Bodé, lui-même artiste multicartes, tatoueur, auteur de BD, street-artiste, qui continue à faire vivre l’œuvre de son père.

De cette petite rue du 13ème arrondissement, nous connaissions sur la gauche le mur de l’école primaire Levassor et à droite le bâtiment relativement récent de la Fédération française de tennis de table. Le mur ressemblait à ceci (photos de Goggle street view datant de juillet 2015).

Depuis le 27 octobre 2015, c’est devenu cela, et j’aime bien.

Comme le rapporte l’article cité plus haut, toutes ces peintures ont été réalisées par Mark Bodé et une dizaine de writers  qui l’accompagnaient. Aujourd’hui, la fresque racontant l’évolution de Cheech Wizard a été remplacée. Mais l’ensemble reste de qualité.

Pour voir le mur en mai 2016, visiter l’album de ma galerie. Ou encore mieux, aller sur place rue Dieudonné-Costes, Paris 13 (les photos de l’album sont géolocalisées).

Cheech Wizard - mur magique

 

 

Eau en couleur

édicule

Les fontaines Wallace sont indissociables de Paris, bien qu’elles n’en soient pas une exclusivité. Mais notre capitale est la ville qui les a inaugurées à la fin du XIXème et celle qui en possède le plus, plus ou moins une centaine. Difficile de le savoir précisément, les différentes sources de données donnent des résultats variables. Le site opendata.paris.fr en recense 94, mais il doit s’agir uniquement des « grandes » fontaines Wallace. Les plus récentes de notre arrondissement sont absentes, Wikipedia parle de 121 fontaines, mais il s’agit de fontaines de tous les modèles (il y en a des grandes , des petites, des appliques, etc.).

Depuis 2011, dans le 13ème arrondissement, la Ville de Paris a installé quatre nouveaux édicules à l’occasion de chantiers et en a profité pour leur donner une couleur différente du vert traditionnel. D’après wikipedia, cette nouvelle couleur devrait être abandonnée à la fin des travaux, mais il est permis d’en douter car les chantiers sont terminés et les fontaines ont toujours leur livrée originale.

Petite balade dans l’arrondissement (lien vers la carte et l’album photo).

Les fontaines sont traditionnellement en fonte verte comme les trois ci-dessous : la première n’est pas dans le 13ème, elle se situe dans le 5ème devant la librairie Shakespeare and Co chère aux anglophones, celle du milieu est dans un jardin proche des réservoirs de Montsouris, la troisième « trône » au milieu de la place de la Commune de Paris sur la Butte aux Cailles..

Mais il y en a maintenant une bleue dans le nouveau quartier construit à l’emplacement de la gare de Rungis.

Une rose dans le quartier de la BNF.

Une jaune près de la nouvelle université Diderot.

Et une rouge dans le quartier chinois, avenue d’Ivry.

Bravo pour ces initiatives colorées.