Un mur magique

Balade, photo, street-art

C’est ça qui est bien avec la ville, la possibilité de changer de monde à un coin de rue. Quand, en plus, on tombe dessus par hasard à deux pas de chez soi, ça devient magique.

Tiens ! magique, c’est bien le mot avec ces fresques murales représentant le Cheech Wizard  un magicien timide qui se dissimule dans son chapeau, personnage emblématique de Vaughn Bodé, auteur américain de comics disparu à 34 ans en 1975. Ces fresques ont été réalisées récemment à l’occasion de la première exposition parisienne de son fils, Mark Bodé, lui-même artiste multicartes, tatoueur, auteur de BD, street-artiste, qui continue à faire vivre l’œuvre de son père.

De cette petite rue du 13ème arrondissement, nous connaissions sur la gauche le mur de l’école primaire Levassor et à droite le bâtiment relativement récent de la Fédération française de tennis de table. Le mur ressemblait à ceci (photos de Goggle street view datant de juillet 2015).

Depuis le 27 octobre 2015, c’est devenu cela, et j’aime bien.

Comme le rapporte l’article cité plus haut, toutes ces peintures ont été réalisées par Mark Bodé et une dizaine de writers  qui l’accompagnaient. Aujourd’hui, la fresque racontant l’évolution de Cheech Wizard a été remplacée. Mais l’ensemble reste de qualité.

Pour voir le mur en mai 2016, visiter l’album de ma galerie. Ou encore mieux, aller sur place rue Dieudonné-Costes, Paris 13 (les photos de l’album sont géolocalisées).

Cheech Wizard - mur magique

 

 

Art éphémère

street-art

C’est un art éphémère que l’art qui s’expose dans la rue : c’est dans sa nature, il doit naître, vivre, disparaître et revenir.

Un petit pincement au coeur en passant sur la place Jeanne-d’Arc dans le treizième en constatant que l’armoire électrique qui accueillait la « méduse » caravagesque de C215 a été repeinte par les services de la Ville. Pourtant l’arrondissement se déclare être la capitale du street art …

Une comparaison  avant – après :

La peinture qui est restée au sol prouve que les deux photos sont dans le bon ordre …

Avis aux graffeurs, un beau support vous attend.

Street-art à Brest même

street-art

J’ai profité d’un court périple (pluvieux) à Brest pour aller à la rencontre du street art dans la ville. Je n’ai pas eu le temps de parcourir tous les quartiers et me suis contenté, sur un après-midi, du port de commerce, du quartier de Saint-Martin et la rue Anatole France près de la mairie de quartier des Quatre-Moulins.

Deux visions différentes et complémentaires : les grafs « spontanés » comme sur les murs du port de commerce, les fresques « institutionnelles »  comme celles qui ont fait l’objet d’un projet de la mairie de quartier des Quatre-Moulins.